La solitude

15

Pour converser avec le féminin sauvage, une femme doit temporairement quitter le monde et adopter un état de solitude au sens le plus ancien du terme. Autrefois, le mot alone (seul) s'écrivait en deux mots, all one, ce qui signifie "totalement un". C'est là précisément le but de la solitude. Elle est la cure à l'état d'extrême fatigue auquel nombre de femmes d'aujourd'hui sont réduites et qui les fait, comme on dit, "enfourcher leur monture et galoper de tous les côtés".
La solitude n'est pas, comme certains le croient , une absence d'énergie ou d'action, mais plutôt une corne d'abondance sauvage offerte par l'âme. Dans les temps anciens, si l'on en croit les médecins-guérisseurs, les religieux et les mystiques, la solitude intentionnelle était à la fois palliative et préventive. On l'utilisait pour soigner l'épuisement et prévenir la lassitude. On en faisait aussi un oracle, une façon d'écouter son etre interieur pour solliciter le conseil qu'on n'aurait autrement pu entendre dans le brouhaha de l'existence quotidienne.

Femmes qui courent avec les loups de Clarissa Pinkola Estés