Féminin Sacré

La solitude

15

Pour converser avec le féminin sauvage, une femme doit temporairement quitter le monde et adopter un état de solitude au sens le plus ancien du terme. Autrefois, le mot alone (seul) s'écrivait en deux mots, all one, ce qui signifie "totalement un". C'est là précisément le but de la solitude. Elle est la cure à l'état d'extrême fatigue auquel nombre de femmes d'aujourd'hui sont réduites et qui les fait, comme on dit, "enfourcher leur monture et galoper de tous les côtés".
La solitude n'est pas, comme certains le croient , une absence d'énergie ou d'action, mais plutôt une corne d'abondance sauvage offerte par l'âme. Dans les temps anciens, si l'on en croit les médecins-guérisseurs, les religieux et les mystiques, la solitude intentionnelle était à la fois palliative et préventive. On l'utilisait pour soigner l'épuisement et prévenir la lassitude. On en faisait aussi un oracle, une façon d'écouter son etre interieur pour solliciter le conseil qu'on n'aurait autrement pu entendre dans le brouhaha de l'existence quotidienne.

Femmes qui courent avec les loups de Clarissa Pinkola Estés

Femme tantrique

Img 1871

"Une femme tantrique, c'est une femme qui ose sa liberté, en allant au bout de ce qui est juste pour elle, au coeur de ses désirs les plus profonds. C'est une femme authentique qui se valorise et rend sacré tout ce qu'elle crée et expérimente. Elle ose développer sa sensibilité, sa délicatesse et sa finesse de femme. Elle ose s'aimer et accueillir l'amour sous toutes ses formes.La femme tantrique est une femme qui ose le plaisir. Elle sait accueillir l'abondance. L'abondance de beauté, l'abondance de raffinement, l'abondance d'argent, l'abondance de bonheur, l'abondance de sacré dans sa vie. Elle est présente à la joie, à l'aventure, et à la joie de toute nouvelle aventure. Elle va jusqu'au bout de ses appréhensions et de ses peurs, et ose les traverser sans apriori. Elle ose vivre sa sensualité et sa sexualité de femme. Elle ose rencontrer les défis du coeur et du corps que la vie lui offre si généreusement.

Une femme tantrique est une femme alignée, cohérente et passionnée. Elle s'assume et se positionne clairement. Elle sait formuler des vrais OUI et magnifester des vrais NON. C'est une femme sauvage et spirituelle, fortement ancrée sur ses bases et pleinement naturelle. Elle ose s'aventurer hors des sentiers battus de la pensée unique et des passages cloutés des croyances habituelles. Elle rêve d'un idéal d'amour universel, et concrétise l'amour au quotidien.

Elle à fait ce qu'il fallait pour se construire, au-delà des grandes idées classiques et des discours convenus. La femme tantique s'oriente vers l'extase, non pas en cherchant à transcender une sexualité qu'elle n'aurait fait qu'effleurer, mais en vivant intensément une sexualité librement choisie. Au-delà des options judéo-chrétienne amenant à se méfier et à éluder la puissance de la sexualité et sensualité féminine ! Elle sait que l'extase coule de source et conduit à une rencontre naturelle avec le divin. Cela lorsque les conditions sont là et que le terrain est prêt... à être ensemencé ! Cela, sans contrôle de la tête, et sans avoir à forcer ou à chercher quoi que ce soit avec la logique ou la raison.

La femme tantrique ose laisser la vie circuler en elle, avec son feu vif, ses désirs intenses, et ses créations multiples. Elle écoute les messages de son coeur et ceux si variés, de son corps. Elle vibre, s'émeut, s'enthousiasme et se passionne pour l'amour et les échanges vrais et authentiques. Elle reste pleinement dans sa puissance et sa douceur de femme.

La femme tantrique s'est trouvée. Elle s'aime. Et peut enfin aimer en abondance... et sans conditions."

Joëlle Notter

Rituel de la Déesse

10402480 985258188156101 2476318875076739012 n

Je me connecte au ciel, à l'univers.

Je m'ouvre à la sagesse, à la clairvoyance.

J'embrasse mon enfant intérieur avec amour et tendresse.

Pour enfin pouvoir ouvrir mon coeur.

Libérer ma parole...pour exprimer la joie, la force, la colère, la tristesse...

Pour dire mes besoins.

Je pardonne, je pardonne aux autres pour me libérer moi-même.

Je respire et je me sens libre.

Libre de déployer mes ailes, de voler et de toucher le ciel et les étoiles.

Pour mieux revenir dans mon nid, me déposer au centre de moi-même...

Et voyager à travers les cycles des treizes lunes, 

Me laisser bercer par les vagues de l'océan, pour atteindre le rivage...

Je me lève, je suis debout, puissante face au vent, face à l'océan.

Je plonge mes racines au centre de la terre pour y puiser l'énergie du feu, 

L'énergie de la vie et de la passion.

J'ouvre mon coeur,

Je laisse l'énergie du feu sacré me transcender.

Je déploie mes ailes, 

Je vole avec la puissance de la Déesse.

Je transmute toutes mes blessures et souffrances en joie et sérénité.

Je suis la puissance.

Je suis l'amour.

Je suis la Déesse.

 

Christelle Metzger

 

 

La femme sauvage

10425472 829744363751734 511484041212838571 n

La femme sauvage, c'est la femme non domestiquée, la femme libre, la femme qui a évité les pièges et les prisons mêmes dorées, c'est celle aussi qui s'en est libérée.
La femme sauvage, c'est la femme qui jouit de tous ses instincts. C'est la femme intuitive, la femme curieuse, la femme qui sait.
C'est la femme qui respecte ses cycles naturels, la femme qui s'écoute et connaît ses besoins et ne s'en détourne pas.
C'est la femme qui chante, qui rit, qui danse, qui joue, qui prie, qui étudie, qui écrit...
C'est la femme inventive, créative, donneuse de vie. C'est la femme généreuse, amoureuse.
C'est la femme qui se fait une vie cousue main, une vie porteuse de sens et qui répond à tous ses besoins naturels.

A mes yeux, cette femme sauvage est vraiment très belle.
Elle me donne envie d'aller dans les bois pour courir et hurler avec les loups afin de retrouver complètement ma nature originelle bien endommagée par ma "captivité".

Clarissa Pinkola Estès

Au revoir la princesse, bonjour la déesse...

11536121 10206836440653518 3874742716345359227 n

Au revoir la princesse, bonjour la déesse.
Finie cette image où depuis petite on croit devoir attendre patiemment notre prince charmant qui nous "sauvera" de notre tour, nous emmènera avec lui, nous fera beaucoup d'enfants.
Les femmes ne sont pas des princesses, elles sont des déesses.
Parce qu'elles comprennent et découvrent désormais que leur pouvoir, elles le puisent en elles et non dans le regard de leur amant.
Elles sont totalement indépendantes et courageuses devant les défis de la vie.
Elles n'ont plus besoin de croire que l'idéal de la beauté, que l'attitude à avoir, que le tour de taille et de poitrine, que le comportement dans la vie sexuelle doivent être faits pour plaire aux autres et particulièrement aux hommes.
Elles n'ont plus besoin d'être en constante confrontation avec les autres femmes parce qu'elles ont confiance en leur propre valeur.
Parce qu'elles savent prendre des décisions seules, elles sont à l'écoute de leur corps et de leur féminité.
Elles endossent avec assurance et sans culpabilité leurs multiples rôles, tantôt la séduisante, la mère, la sauvage, la sage, l'éternelle enfant, la douce, l'amante, l'ambitieuse...
Parce qu'elles comprennent que toutes ces parts d'elles ne font pas d'elles des capricieuses, mais des femmes en reconnaissance de leur être cyclique de Renaissance et de mort, changeant tout comme le rythme de la vie et de la nature.
Quand la femme fera resurgir la déesse en elle, alors elle rencontrera naturellement son "dieu" charmant.
Et alors leur amour sera d'une infinie richesse et capable de les élever encore plus haut ensemble
SWakhanda